Le collectif En Jeu, soutenu par l’association Gestare, qui organise la participation des Bleus à cette Coupe du Monde
Voir Cacher tous les tags
Soutien aux populations fragilisées
Date : 13 décembre 2019

À la Coupe du Monde des sans-abri, la réinsertion pour victoire

 La 18ème édition de l’Homeless World Cup, la Coupe du Monde des sans-abri aura lieu à la fin du mois de juin 2020 à Tampere, en Finlande.

Mise en place depuis 2003 sous l’impulsion de Mel Young et Harald Schmied, la Homeless World Cup a pour objectif de promouvoir l’insertion des publics fragiles par la pratique sportive et de faire évoluer la perception du public sur le sans-abrisme et les problèmes qui l’entourent.

Tous sont de véritables amoureux du ballon rond qui, malgré leur situation, n’ont pas abandonné leurs rêves les plus simples.

Les équipes se composent d’un gardien, de trois joueurs de champs et de quatre remplaçants.

Après l’Ecosse, où siège l’association, Melbourne, Rio, Paris ou encore Santiago, c’est donc à Tampere que se déroulera la prochaine édition de l’Homeless World Cup. 

Pour Ari Huldèn, directeur de la ‘Finish Homeless Academy’, le football a le pouvoir de changer les choses. « Je sais comment le football peut offrir une nouvelle opportunité et une nouvelle façon de vivre votre vie. À une époque, j’étais l’un d’entre eux, et ma mission est de rendre ce que j’ai obtenu ».

En France, c’est le collectif En Jeu, soutenu par l’association Gestare, qui organise la participation des Bleus à cette Coupe du Monde. Son objectif ? Favoriser des actions d’insertion par le sport pour les personnes sans-abri. Dans le cadre de cette compétition, le collectif organise et prend ainsi en charge les regroupements et déplacements de l’équipe de France pour la préparer aux rencontres, en plus de l’achat de tout le matériel sportif nécessaire.

Toujours selon En Jeu, 83 % des participants à ce tournoi déclarent que la compétition a impacté positivement leur vie et 71 % que leur investissement dans le football a changé leur quotidien. Au sortir de la compétition, certains sortent de la drogue, d’autres trouvent un emploi, reprennent les études… Un moyen également de briser la solitude et l’isolement et de renouer le lien social.

Pas le même maillot, mais la même passion

Dernières brèves

Posts récents et populaires