Amandine + Costil

Amandine +
Benoît Costil

Je m’appelle Amandine. Dans mon métier, on m’appelle plutôt Dr Blasquez. Je suis, depuis dix ans, pédiatre à l’hôpital de Libourne. Les enfants que je connais le mieux sont ceux que je vois pour des maladies chroniques en gastroentérologie ou en diabétologie : un lien se crée, on entre dans leur vie, on sait ce qu’ils aiment, ce qu’ils font, on connaît leur famille. Et je ne suis pas peu fière de vous dire que ce sont ces enfants-là qui ont été le plus au taquet lors de l’animation « Sport à l’hôpital » !

Le 21 novembre dernier, en début d’après-midi, il fait froid mais il ne pleut pas. On décide donc de faire ça dehors. Terrain délimité, cages gonflables montées : en quelques minutes, l’équipe organisatrice de Premiers de Cordée a tout installé. Tous les enfants qui veulent aller sur le terrain y vont : parmi eux, Evan, Nathanaël, Marius, Alex, Enzo, Amal… Ils ont entre 7 et 11 ans.

Quand les joueurs arrivent, une fois la timidité passée, les enfants se mettent à leur parler comme si de rien n’était, ils s’adaptent hyper vite. Les petits jeux s’enchaînent : passage de balles à la main, au pied, parcours, petits matches, tirs au but contre Benoît Costil, le gardien des Girondins, forcément !

Les joueurs sont super : en cinq minutes, ils appellent les gamins par leur prénom, les stimulent, leur disent « allez, vas-y Evan, tire ! », poussent Alex qui est en fauteuil roulant. Je reconnais qu’ils jouent vraiment leur rôle de grand frère-coach, de manière très très gentille.

Les animateurs, comme les footballeurs, s’adaptent à chaque enfant, c’est là qu’on voit que ce sont des pro ! Le côté idole retombe un peu mais quand même, on voit que les enfants sont tout fiers de jouer avec eux ! Ils ont des étoiles dans les yeux, je pense que pour certains, c’est Noël avant l’heure.

Amal, malade de la mucoviscidose et mega fan de foot, n’en peut plus, elle court avec eux tout le temps. A la fin, elle n’a plus de poumons… mais c’est pas grave elle s’éclate ! Grâce à ce super après-midi, Enzo, atteint de la mucopolysaccharidose, maladie très rare, donnera, lui, le coup d’envoi du match Bordeaux-PSG le dimanche suivant. C’est génial !

De mon côté, je suis ravie de voir les enfants rire, s’évader un peu, oublier qu’ils sont malades l’espace de deux heures. C’est une journée vraiment chouette.

Ah oui et pendant le goûter, une jeune ado du service a osé faire la bise à Benoît Costil : elle est devenue écarlate et a regretté de ne pas s’être filmée !! Même la grand-mère du petit Enzo a tapé la bise à Benoît Costil… C’était la star.

Moi je ne le connaissais pas du tout. Je suis une quiche en foot. J’ai laissé la place aux petits.

Je lui ai quand même dit : merci et revenez quand vous voulez ! »

Merci Benoît